UKRAINE, KIEV, JUIN 2015

Résumé de la conférence publique de Gyetrul Jigmé Rinpoché à Kiev:

L’impermanence est la réalité ultimede ce monde matériel. J’avais déjà visité l’Ukraine il y a deux ans, et les choses ont, depuis, énormément changé. Malheureusement, ce sont des changements très douloureux qui ont déclenché beaucoup de colère et de haine chez les gens.

Maintenir en toutes circonstances un sentiment d’humanité est très important. Sans lui, nous sommes perdus. Je sais qu’actuellement, un grand nombre d’entre vous ressentent de la colère et de la haine. Mais cela ne vous aidera pas à résoudre les problèmes. Les relations que nous entretenons dans notre famille en sont un bon exemple.

Ressentir de la tristesse quant à la perte n’est pas la même chose que ressentir de la colère. Il convient d’essayer de maintenir un sentiment d’humanité fondamental. C’est ainsi que nous pourrons avancer. La colère et la haine sont inutiles en soi. Tout le monde peut développer ce sentiment d’humanité capable d’influencer le monde.

Je viens de terminer ma retraite personnelle, au cours de laquelle j’ai maintes fois prié pour l’Ukraine et pour l’humanité. Le Tibet est mon pays. Je ne peux m’y rendre actuellement, mais j’ai néanmoins l’opportunité de prier pour mon pays et ses habitants. Ceci me donne de la force.

Vous avez tous entendu parler du séisme qui a récemment secoué le Népal. Un grand nombre de personnes y ont laissé leur vie, ont été blessées et leurs maisons détruites. Je me suis donc rendu dans les villages ravagés et j’ai apporté mon aide pour approvisionner les gens en eau et autres produits de première nécessité. Nous n’avions qu’une petite tente dans laquelles’ est installée une quarantaine de personnes qui n’ont cessé de prier ; au centre, nous avons posé une lampe et avons fait des offrandes de lumière en hommage aux victimes. Cette pratique est appelée Marme Mönlam que j’enseignerai aux Ukrainiens au cours de ma visite.

Dans de telles circonstances, les conflits rassemblent les peuples. À ce moment-là, il n’était plus question de riches ou de pauvres, de personnes éduquées ou analphabètes, de jeunes ou de vieux.Tous les gens étaient unis dans un même sentiment d’humanité et d’amour bienveillant. Il est à espérer qu’après la fin de cette série de séismes, les gens reconstruiront le pays avec ce sentiment d’humanité dans leur cœur, et qu’ils ne le perdront pas.

En Ukraine, j’ai vu la situation inverse. Au lieu de rassembler les gens, le conflit n’a fait qu’accroître dans vos cœurs les émotions négatives, comme la peur et la haine. C’est vraiment ce qui fait la différence entre la situation des Népalais et des Ukrainiens. On ne connaît jamais le pourquoi et le comment des choses. Nous ne savons pas pourquoi les guerres se déclenchent. Cela ne se fait pas en un jour. Le peuple ordinaire ne sait pas exactement ce que décident les politiciens russes et ukrainiens. Mais ce sont ces gens ordinaires et innocents qui souffrent. Il serait préférable de ne pas trop vous impliquer dans la politique. À l’instar de l’Ukraine, le Tibet est aussi un terrain de jeux pour les intérêts politiques personnels de nombreux pays. Il est important de garder son calme.

Nous passons tant de temps à notre travail pour gagner de l’argent ; travailler pourquoi ? La réponse est : pour vivre. Cela signifie que personne ne veut mourir. C’est la preuve que nous tenons la vie pour précieuse, et qu’il est préférable de nous séparer des émotions négatives. Nous nous sentirons alors plus heureux.

Nous devrions essayer de vivre avec compassion. La colère et la haine ne sont pas des réponses appropriées aux situations difficiles. Je sais qu’il règne des conflits, même au sein des familles. Pourquoi souffrez-vous à cause de ces influences extérieures ? Nous devons nous rapprocher les uns des autres, pas nous éloigner. Générer un comportement positif au plus profond de nous peut sauver le monde.

Au cours de ma retraite, d’innombrables petits oiseaux et animaux de toutes sortes sont venus vers moi. Ils n’avaient pas peur de moi. Cela montre bien que la situation extérieure réagit à notre état d’esprit intérieur. Quand nous faisons preuve de bonté les uns envers les autres, nous en recueillons le fruit.

GJR_ar

Il est facile d’être bons et emplis de compassion envers les autres quand tout se passe bien dans notre vie. Mais en fait, ce n’est pas la véritable compassion. La compassion, l’amour et la bonté authentiques se mesurent dans les situations difficiles. Il est maintenant temps pour vous d’agir ainsi. Il est probable que les conflits et les tragédies ne se produiraient pas dans ce monde si nous vivions avec un sentiment d’humanité accru, en traitant les autres avec attention et respect.

IL EXISTE UNE PRATIQUE BOUDDHISTE SPÉCIFIQUEPOUR CES SITUATIONS –

La pratiquese fait en deux phases. La première phase est la préparation. Tenez le dos droit et posez les pieds à plat sur le sol (si vous êtes assis sur une chaise). Les avant-bras sont légèrement pressés sur le ventre.

Deuxième phase. Nous inspirons l’air frais en imaginant que c’est un nectar qui nous guérit. Nous expirons toute la souffrance dans l’espace. Répétez ces phases de nombreuses fois. Efforcez-vous d’être très conscients pour vraiment vous débarrassez de toute votre souffrance. Ressentez chaque émotion négative et évacuez-la dans l’expiration.

Si nous voulons en faire bénéficier les autres, il existe dans le Bouddhisme une autre version de cette pratique, appelée Tonglen.

Instructions pour le Tonglen. La première phase est la même (voir ci-dessus). La deuxième phase consiste à inspirer la souffrance de tous les êtres. Vous pouvez imaginer une seule personne, plusieurs, la ville entière, tout le pays ou le monde dans son ensemble. Puis, dans l’expiration, vous visualisez toutes les choses bonnes et positives que vous pouvez offrir aux autres avec une grande bienveillance. Nous prenons tout ce qui est négatif et donnons tout ce qui est positif. Cette pratique nous aide à comprendre que nous avons en nous une immense bontéque nous pouvons générer et offrir aux autres. Cette visualisation ne peut en aucun cas vous porter préjudice. Tonglen ne nuit à personne. C’est une pratique très puissante pour aider les autres. Accomplissez-la pour votre pays.

MANTRA de compassion chanté par Rinpoché – Om Mani Padmé Hung.

Je prie pour vous, pour votre pays. Maintenez votre humanité et une attitude positive, et j’espère que ces difficultés cesseront bientôt et que la paix et la prospérité s’épanouiront. Je suis avec vous !

— Dungsey Gyetrul Jigme Rinpoche

Chenrezig Photo 2_Color Adjusted