A la rencontre de l’énergie féminine universelle

Son Eminence Namkha Drimed Rabjam Rinpoché et Dungsey Lhuntrul Dechen Gyurmey Rinpoché

 

Son Eminence Namkha Drimed Rabjam Rinpoché en pleine forme, Dungsey Lhuntrul Dechen Gyurmey Rinpoché heureux d’être parmi nous, Lama Tenzin confirmé dans ses fonctions, l’équipe de traduction félicitée, la formation d’instructeurs en bonne voie et des nouveaux venus de tous pays … Cet été n’aura apporté que des bonnes nouvelles.

Une retraite puissante et toute en douceur

En cette année tibétaine de l’énergie féminine universelle, c’est tout naturellement que cette retraite se déroule autour de Yeshé Tsogyal, elle fait partie de l’ADN de notre lignée RIPA. Par l’une de ses incarnations précédentes, Dungsey Gyétrul Jigmé Rinpoché fut en effet directement et intimement lié à cette grande figure spirituelle du 8ème siècle. Disciple et parèdre de Guru Rinpoché elle joua un rôle fondamental dans la diffusion de ses enseignements et transmissions spirituelles. Vous étiez dans l’impossibilité d’être présent ? Plongez-vous vite dans la lecture de « La vie de Yeshé Tsogyal, Souveraine du Tibet », écrite par Aria Salé au 8ème siècle. Vous serez emporté par cette épopée spirituelle, cette fresque historique, inspirée, pleine de poésie et de merveilleux. Nous au centre, c’est exactement ce que nous avons vécu avec le Drupchö de Yeshé Tsogyal. Une autre bonne nouvelle : Lama Tenzin a été confirmé dans sa fonction et son rôle spirituel européens par Namkha Rinpoché et Lhuntrul Rinpoché. Il a même reçu un diplôme « comme en occident ». Cet événement nous a tous touchés et même émus aux larmes pour bon nombre d’entre nous. Quant à Gyétrul Jigmé Rinpoché, il est le grand « présent-absent » de cet été. Présent car nous sommes nombreux à sentir sa présence, du fond de sa retraite il ne nous lâche pas ! Et absent car, évidemment, il nous manque. C’est avec un plaisir toujours renouvelé que nous suivons le spectacle des danses tibétaines et festivités qui ponctuent ces deux semaines dans l’intimité de l’énergie féminine universelle de Yeshé Tsogyal.

Nous attendons Rinpoché … Pétales de fleurs semées sur son passage … Premier jour de retraite Rinpoché arrive avec un grand sourire … Lama Tenzin confirmé dans ses fonctions, Namkha Rinpoché et Lhuntrul Rinpochés le bénissent … Notre temple est plein… Offrande de Katas … Offrande du mandala par la communauté tibétaine … Dernier jour, Namkha Rinpoché et Lhuntrul Rinpoché quittent le temple … Les danses se terminent, la troupe se réunit autour de autour de Rinpoché … Avec en face une forêt de «  paparazzis ».

 

L’énergie féminine au cœur de la lignée RIPA

Le centre aussi baigne dans cette énergie. L’équipe des « chopens » par exemple, est féminine et internationale. On y retrouve nos amies russes, espagnoles, suisses et françaises. Chaque année l’équipe se renforce, s’améliore et grandit, elle accompagne les rituels avec un engagement profond, sérieux, une grande dévotion, une grande élégance et une joie visibles. Côté instruments de musique, les femmes y sont toujours très présentes et engagées depuis longtemps. Présence féminine déterminante encore pour la préparation et l’arrangement des fleurs, des jardins et de tout ce qui relève de la « verte nature ». Nadya en est la grande ordonnatrice depuis longtemps et l’équipe éphémère qui se constitue à chaque retraite est elle aussi en majorité féminine. Présence féminine fondamentale enfin à la tête de notre centre avec Bégonia qui en est la directrice et Antje son «  bras droit ». Au cours des enseignements du printemps dernier, Jigmé Rinpoché nous a d’ailleurs rappelé à quel point le travail réalisé depuis leur arrivée est vraiment « incroyable ». Enfin, lorsqu’on pense énergie féminine, le lien avec les enfants s’établit tout naturellement. Et là encore, notre centre confirme sa dimension féminine en lien avec Yeshé Tsogyal. Dans le temple, dehors, sur les aires de jeux ou dans la verdure, la jeune génération est partout. On vient se faire bénir, on fait une pause sommeil dans le temple bercé par les enseignements, on joue, on apprend à faire du vélo, on court, on chante et c’est ici bien sûr que l’on déguste les meilleures glaces du monde …

Les « chopen-women » en action … L’équipe de cet été autour du mandala … Après l’effort, le réconfort … Présence féminine aux instruments … Nadya notre Dakini des fleurs et des jardins … Begoña et Antje, nos deux superbes dakinis en permanence « sur le pont » … Et les enfants visiblement heureux car ils savent qu’ils sont chez eux.

 

S.E. Namkha Drimed Rabjam Rinpoché passe un long moment avec l’équipe de traduction (*)

Au centre, le travail ne s’arrête jamais. La retraite terminée, le relais est notamment pris par l’équipe des traducteurs sous l’autorité de Lama Tenzin. Leur travail est une véritable aventure lourde de responsabilité. L’enjeu : traduire les textes tibétains originaux vers les cinq langues actuellement utilisées dans notre communauté internationale : l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le français et le russe le tout, dans une présentation et une pagination identiques. Aussi, le très long moment que S.E. Namkha Rinpoché vient passer avec les traducteurs révèle à quel point il reconnaît leur travail. Ses remerciements s’adressent à tous avec une intention particulière à Mike, véritable pilier de l’équipe. Etudiant de Dudjom Rinpoché, il a une très bonne connaissance du tibétain et du bouddhisme, il est traducteur, il parle très bien français et … Il ne cache pas son bonheur de participer à cette aventure en compagnie de gens qu’il apprécie. Voici comment Lama Tenzin résume cette matinée mémorable : « Rinpoché nous a dit à quel point il est très heureux du travail que nous avons fait jusqu’à présent … Et il nous a précisé que nous devons le continuer car nous ne faisons pas ces traductions dans notre seul intérêt ou celui de notre sangha, mais bien pour le bénéfice de tous les êtres ». Lama Tenzin poursuit : « Très prochainement, l’équipe s’attaquera à la traduction de la biographie de Namkha Rinpoché … Nous ne connaissons pas plus de deux pour cent de ses qualités. Sa biographie est si merveilleuse, qu’il ne faut pas seulement la partager entre nous au sein de notre sangha, mais aussi avec les gens du monde entier … Si un jour ils lisent ce livre, s’ils entendent Son Nom, ce sera une connexion … C’est mon souhait et mon espoir les plus profonds ». Comme pour toutes les autres traductions déjà effectuées, un long travail exigeant, complexe et subtil attend l’équipe. Mike en donne un aperçu : « Nous faisons un travail d’harmonisation, d’unification. Les idées exprimées doivent être les mêmes dans toutes les langues, chaque texte traduit doit être clair et lisible, dans le respect du tibétain et celui de la langue vers laquelle il est traduit. Cela suppose évidemment une connaissance profonde du tibétain et ici, nous avons la chance d’avoir un joyau, c’est Lama Tenzin. Il est notre garant et il connaît assez bien l’anglais pour nous ramener dans la bonne direction lorsque nous nous égarons sur le sens d’un terme, d’une expression. Ses interventions nous aident à trouver la traduction la plus juste et la plus proche du tibétain … Enfin, c’est un véritable érudit. Il connaît tout ! ».

(*) Une présentation beaucoup plus complète de l’intervention de S.E. Namkha Rinpoché et du travail unique de l’équipe de traduction sera insérée dans quelques temps sur le site du centre. Vous serez avertis de sa mise en ligne.

S.E. Namkha Drimed Rabjam Rinpoché bénit chaque membre de l’équipe… Il exprime sa satisfaction à Mike … Puis rappelle l’importance de ces traductions … Les textes originaux en tibétain … Sont transférés sur ordinateur, outil de travail incontournable … L’équipe s’installe autour de Rinpoché … Ecoute Ses Paroles … La visite se termine par une photo « de famille » … A laquelle vient se joindre Bégonia notre directrice du centre RIPA.

 

Les pionniers de la méditation RIPA

Annoncée de longue date par Jigmé Rinpoché, la formation d’instructeurs RIPA a débuté cette année par une première session en sa présence et sous son autorité. Cet été, les participants – tous désignés par nos Maîtres – se retrouvent pour la seconde session animée par Geneviève, responsable et organisatrice de la « RIPA Awareness Meditation ». Instructeurs, participants et traducteurs d’Allemagne, d’Espagne, de France, de Russie et de Suisse, se retrouvent donc à nouveau pour une semaine très dense. Répartis par petits groupes de trois, on apprend par exemple à guider Shiné, chacun étant à tour de rôle animateur, pratiquant et observateur. On étudie aussi la théorie à partir de textes recommandés par Jigmé Rinpoché, des commentaires de grands Maîtres comme S.S.Dilgo Khyentse Rinpoché et S.S. le Karmapa. Afin de maintenir le lien entre tous, continuer ce travail commun et entretenir la bonne harmonie qui s’est établie, la création d’une plate-forme informatique d’échanges et de communication est envisagée. Se retrouver régulièrement dans le cadre de réunions à distance deviendrait alors possible, tout comme consulter des textes racines, des transcriptions, échanger des informations, etc … Autant dire que cette formidable aventure n’en est qu’à ses débuts, tout se construit, tout se crée sous l’inspiration et dans le lien spirituel à Jigmé Rinpoché et la lignée RIPA. Cette première étape autorise déjà ses participants à conduire des méditations, au sein de nos associations, mais aussi dans des groupes extérieurs, y compris des entreprises car la vocation de la « Ripa Awareness Meditation » est d’être ouverte à tous, sans exception, bouddhistes et non bouddhistes.

Les explications de Geneviève sont suivies avec la plus grande attention … Concentration supplémentaire pour Jovana qui écoute après la traduction espagnole d’Antonio … L’atmosphère est très joyeuse … On applaudit Hélène, puis Peter dont c’était le tour d’intervenir … La bonne humeur générale se retrouve du côté de Geneviève car tout semble très bien se passer, ce qui est confirmé par les participants : « cette expérience nous permet d’être très proches les uns des autres … Une grande confiance s’est installée entre nous … Je viens de vivre une expérience très profonde et je ressens la responsabilité qui nous incombe maintenant … C’est aussi parce que nous venons d’horizons très divers que cette session fut humainement si riche ».

 

Les nouveaux (*)

«  Je remercie de tels Maîtres de venir de si loin pour nous … Je suis si heureuse d’avoir rencontré de tels Maîtres, on sent tant de compassion chez Namkha Rinpoché…Je trouve exactement ce que je recherchais dans les enseignements de Namkha et Lhuntrul Rinpochés … On ressent à quel point ce sont des Maitres authentiques … Ici je me sens bien et en paix ». Les nouveaux qui découvrent le bouddhisme sont sous le choc de la rencontre avec Nos Maîtres. Et puis il y a ceux qui ont déjà l’expérience d’une autre lignée et les étudiants RIPA qui viennent pour la première fois. Originaires de Colombie, de Corée du sud, d’Espagne, de France, de Hollande, de Pologne, de Suisse, de Russie, etc, une bonne vingtaine de nouveaux sont arrivés depuis un an : «  C’est superbe ici … Le paysage, l’espace, tout est ouvert, on se sent libre … Un vrai lieu de paix … Arriver là, c’est comme quitter la civilisation et s’immerger dans un autre monde ». L’accueil ? « On est bien accueilli, l’atmosphère douce et paisible est peut-être liée au nombre important de femmes … Lorsqu’on arrive on est tout de suite en famille, une vraie famille internationale et même si on ne parle pas la même langue, il y a cette reconnaissance amicale par le regard … Je ne connaissais personne, la chaleur de l’accueil m’a rassurée … J’arrivais dans un monde inconnu sans avoir le mode d’emploi, j’étais inquiet, l’atmosphère fraternelle et chaleureuse m’a donné confiance … En tant que novices nous ne sommes pas tout intimidés car on nous aide spontanément dans une atmosphère très amicale et ouverte …  Je me sens si bien ici, il y a quelque chose qui fait que j’ai besoin de revenir ». Et la participation au travaux quotidiens comme la vaisselle et le ménage ? « Se mettre au service de la collectivité nous place tous au même niveau et cela aide aussi à rencontrer les autres … Tout ce travail quotidien fait en commun est une expérience très riche qui nous conduit à respecter le travail des autres, à respecter le centre ».

(*) Merci à Martine, Katharina, Daniel, Sophie, Ignasi, Eliane, Michèle, Taé-Ho, Monica, Fred, Ania, Montse, Oscar, Viktoria, Baatar, Tania, Mickael et tous ceux qui ont livrés si spontanément et sincèrement leurs impressions.

Participation au tsok quotidien … Aux préparatifs du grand tsok de fin de retraite pour plus deux cents personnes… Moment de pause à côté des « anciens » … Les tâches ménagères sont effectuées dans la bonne humeur et avec le sourire …

 

 Album souvenir

Karma Shedup et Carlo accompagnent les offrandes de katas …Antonio attend l’arrivée de Rinpoché pour l’enseignement … Les biquettes sont très friandes de tsok … Les superbes potirons de notre jardin potager …Aération des costumes de danse après le spectacle … Non, non, ce n’est pas un pique-nique, mais l’offrande de fumée à Gésar installée dans la verdure le jour suivant la fin de la retraite … L’autel est lui aussi dans la nature … La pratique est guidée par Lhnutrul Rinpoché accompagné de Lama Tenzin, Philippe est oumzé … Kiki, Soso …

 

Un cadeau de Gyétrul Jigmé Rinpoché

Carlo vient d’installer le symbole de notre lignée RIPA que nous a offert Gyétrul Jigmé Rinpoché. Placé sur le balcon du bâtiment principal, on peut le voir de partout.