25, 26 octobre 2014 – Centre International Ripa

Un invité de marque – Matthieu Ricard – vient témoigner de son expérience.

Invité dans notre centre pour deux conférences, Matthieu Ricard nous a d’abord livré un beau témoignage sur son cheminement dans le bouddhisme, puis une démonstration sur les raisons et les bienfaits d’être altruiste.

Ici, au Ried, tout événement commence toujours par de grands préparatifs. Celui- ci n’échappe pas à la règle, d’autant plus que, quelques jours auparavant, nous avons traversé une nuit de tempête zébrée d’éclairs et agrémentée de vents violents qui ont causé quelques petits désagréments, plutôt auspicieux. Juste quelques lignes de drapeaux de prières emportées par le cheval de vent à remplacer et, comme d’habitude l’ensemble du site à préparer. Les superbes bouquets de fleurs «  faits maison » sont disposés un peu partout, la salle de séminaire est transformée en second espace de restauration pour ceux qui souhaitent prendre un repas léger sur le pouce ; la « laundge » devient une fois encore une « coffee shop », et le gymnase /gompa, prend cette fois-ci des allures de salle de spectacle, le public regardant la scène de théâtre.

C’est sur cette scène que s’installe Matthieu Ricard. A côté de lui, un grand écran sur lequel ses propos sont illustrés par des photos des grands Maîtres qu’il a rencontrés depuis 1967, l’année de son premier voyage en Asie. Parmi eux : Leurs Saintetés Dilgo Khyentse, Dudjom, Chatral Rinpochés et bien d’autres encore. Il parle de son long cheminement à leurs côtés… Des qualités de ces Maîtres exceptionnels, ce qui nous renvoie – nous étudiants – à nos maîtres car nous savons très bien de quoi il parle. Pour cette première conférence du vendredi, près de deux cent quatre vingt personnes sont présentes, un silence attentif accompagne les témoignages à la fois personnels et historiques de notre invité.

Dimanche matin, la salle est pleine à craquer. Trois cents personnes attendent la conférence sur la force de l’altruisme. Une occasion pour Matthieu Ricard d’aborder les aspects fondamentaux de l’interdépendance, tant au niveau humain qu’au niveau planétaire où les conséquences changent de dimension. Parmi les exemples cités : notre planète qui perd environ mille espèces d’animaux par an … soixante milliards d’animaux terrestres et mille milliards d’animaux marins qui sont tués chaque année pour la consommation humaine… Des points de non retour sont franchis, lourds de conséquences pour les générations futures et leurs conditions de vie, voire de survie. Là encore l’interdépendance …A la suite de cette seconde conférence, une séance de dédicaces a lieu dans la boutique. Elle va durer … Un certain temps ! Le public se presse, un ou plusieurs livres sous le bras, la file d’attente est si longue qu’elle s’alanguit jusque dans la cour d’arrivée.

Avant son départ, l’équipe des bénévoles passe un très bon moment avec notre invité, un moment qui se prolonge par une promenade dans les environs. A plusieurs reprises, il dira à quel point il a été heureux de l’accueil que nous lui avons réservé en précisant : «  Mais pourquoi un tel accueil ? Je ne suis qu’un moine ! ». Pour terminer, il livre ses impressions d’invité : « Dès mon arrivée, j’ai senti que cet endroit dégageait une atmosphère propice à la pratique. Ses bâtiments sont de qualité et leur disposition très engageante. La nature environnante est calme, apaisante et on se sent porté par les valeurs du Dharma. C’est un lieu vraiment inspirant ». Au sujet de Gyétrul Jigmé Rinpoché : « Je le connais très peu mais je suis très heureux et reconnaissant de la façon dont Rinpoché poursuit, amplifie avec persévérance la ligne spirituelle de son père et qu’il continue dans son immense sagesse et sa grande compassion à développer le Dharma et le faire fleurir ». Puis à notre intention, nous les étudiants : « J’envoie tous mes souhaits aux étudiants Ripa d’Europe afin qu’ils associent régulièrement, avec détermination et en toute confiance, la pratique et l’étude. C’est la meilleure façon de progresser ».

Vous l’avez compris, ce fut un week-end réussi. Bon pour le public qui est reparti satisfait, bon pour notre centre car ce fut l’occasion de le faire connaître à de nouveaux venus et – semble-t-il – bon pour Matthieu Ricard qui a communiqué au public le souffle des grands maitres, celui du bouddhisme tibétain et enfin son travail d’écrivain.

Amicalement dans le Dharma

L’équipe du centre international Ripa