Suite à l’invasion chinoise du Tibet en 1949, S.S. le Dalaï Lama a fui son pays en 1959. Après un voyage extrêmement difficile à travers la chaîne de l’Himalaya, S.S. le Dalaï Lama et environ 100 000 réfugiés tibétains sont finalement arrivés sains et saufs en Inde. Tandis qu’était fondé un nouveau Gouvernement Tibétain en exil à Dharamsala, le Gouvernement Indien entamait un grand programme de réhabilitation en attribuant aux Tibétains différents lieux en Inde.L’un d’entre eux, le camps tibétain de Phuntsokling, a été établi en 1963, et est situé dans le village autochtone de Chandragiri dans le Gajapati, en Orissa du sud. A l’origine, la population était de 500 personnes, dont Son Eminence, le Tertön Vidyadhara Namkha Drimed Rabjam Rinpotché, et ses disciples du Kham et de Pémakoe.
Humanitarian_ows_History and Background_map of India_pdf
Le camps est divisé en cinq parties, qui comprennent actuellement une population d’approximativement 4 000 habitants. Bien que sous l’autorité du Gouvernement Tibétain en exil, la communauté est organisée autour du monastère Rigon Thupten Mindrolling, fondé au milieu des années 1980 d’après la vision de Namkha Drimed Rinpotché et sous sa direction, et qui fut rénové puis inauguré par S.S. le Dalaï Lama en 2010, grâce à la générosité d’un donateur occidental.
Les ressources du camps sont principalement basées sur l’agriculture. Les travaux agricoles ont lieu pendant la saison de la mousson, tandis que l’hiver est consacré au commerce itinérant de textile avec les Etats voisins. Le camps possède aussi un centre artisanal, essentiellement consacré à la fabrication de tapis traditionnels tibétains, d’encens, de peintures de tangkas traditionnelles et d’objets rituels. 

Projets humanitaires et sociaux

Le rayonnement international des chefs spirituels de la communauté, Namkha Drimed Rinpotché et son fils, Gyétrul Jigmé Rinpotché, a suscité un intérêt croissant à l’étranger. En conséquence, un programme international coordonnant des projets sociaux et humanitaires a vu le jour sous l’égide de la Communauté Internationale Ripa.
Trois domaines sont au coeur des besoins de la communauté tibétaine en exil, afin que son héritage culturel ancestral puisse être préservé: la santé, l’éducation et la culture.

Humanitarian_ows_History and Background_lake in Orissa